Association pour la Restauration du Château de Domfront

Accueil

Histoire de Domfront

Historique de l'association

Publications

Manifestations

Actualités

Contacts

 


 

- DOMFRONT, PÔLE TOURISTIQUE MÉDIÉVAL NORMAND :

UN CHANGEMENT RADICAL


VOIR CI-DESSOUS NOTRE ANALYSE DU PROJET


- BIENTÔT LE DOMFRONTAIS MÉDIÉVAL 25


CHÂTEAU : ACTUALITÉS

RAPPELS : - travaux terminés sur la chapelle Saint-Symphorien, après 34 ans d'efforts

VOIR CI-DESSOUS, NOUVELLES DU CHÂTEAU  : CHAPELLE SAINT-SYMPHORIEN - GAINE - MUR NORD - JARDIN AU PRAËL.


Images aériennes du château (et des églises)


ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2018 : compte-rendu


L'ARCD VOUS PRÉSENTE SES MEILLEURS VOEUX POUR 2019


PAGE MISE A JOUR LE 20 DÉCEMBRE 2018
 
DOMFRONT, PÔLE MÉDIÉVAL NORMAND : UN CHANGEMENT RADICAL

     Comme vous le savez déjà, Domfront a été retenu par la Région Normandie, avec Les Andelys (pour Château-Gaillard), pour devenir un "pôle touristique" basé sur le moyen-âge et bénéficier ainsi d'un soutien financier conséquent de sa part pour promouvoir son patrimoine, revitaliser son centre ancien et développer des activités susceptibles d'attirer un flux de touristes important. Le Président de la Région Normandie, Hervé Morin, est venu en personne à Domfront le 15 janvier 2018 en faire publiquement l'annonce.

L'ARCD ne peut que se féliciter d'un tel choix. Elle a la faiblesse de croire que ses activités actuelles et passées y sont un peu pour quelque chose. Car si le Moyen-âge est "à la mode" de nos jours à Domfront, c'est bien parce l'intérêt pour celui-ci a été relancé à l'initiative de Gilles Susong au début des années 1980 par la reprise des travaux au château, des recherches historiques et leur publication dans le Domfrontais médiéval, dont le premier numéro remonte à 1983. Que nos travaux aient suscité un écho est donc une satisfaction. Mais le projet qui s'élabore progressivement n'est pas sans soulever de graves questions.

Nous ne nous faisons pas d'illusions : tous les moyens octroyés à la Ville n'iront pas à la seule restauration du château ; il faudra également développer les capacités d'accueil, poursuivre la mise en valeur du centre ancien, rénover l'habitat, y implanter des activités. Il faudra aussi, voire surtout, proposer des animations touristiaues d'envergure. Si le château doit être le théâtre principal de ces activités, il convient qu'il soit sécurisé et que sa mise en valeur connaisse des avancées significatives. Mais cela signifie aussi un changement radical d'optique pour la mise en valeur et l'utilisation du site.

L'ARCD a réitéré ses propositions pourle château et les a actualisées en fonction des perspectives ouvertes par ce qu'il est convenu d'appeler le "projet Morin". Résumons-les ici :

1 - pour les vestiges proprement dits

- Courtine à gaine et fossé oriental : stabiliser le sommet du mur au-dessus des archères restaurées lors des chantiers de bénévoles 1991 et 1992. Abaisser encore le niveau de comblement dans la partie sud du fossé et devant les tours jumelles, pour le mettre à la même hauteur que la partie nord. Étanchéifier la voûte de la galerie.

- Angle nord-est du château : évacuer les cônes de déjection des fouilles archéologiques de 1991-1992 devant les blocs renversés. Faire des fouilles à l'angle du château et dégager la "Tour de More". Restaurer et mettre en valeur le mur qui barrait le fossé, situé en contrebas de la route, et sa poterne surmontée d'un mâchicoulis. Traiter les parcelles actuellement en friche dans ce secteur.

- Côté sud : réaliser le projet de jardin médiéval sous les murs sud du château (emplacement présumé du "Praël" mentionné par les textes médiévaux) et surtout, rétablir le passage entre celui-ci et le jardin public par la poterne qui s'ouvre en contrebas du bastion où se situe la table d'orientation. La réouverture de ce passage, effondré en 1810, était déjà préconisée par l'architecte en chef A. Simil en 1906 !

- Côté nord-ouest : Reconstruire le mur à la limite du "théâtre de verdure", indispensable pour des raisons de sécurité. Les conditions sont tellement dégradées ici qu'il n'y a plus de maçonneries cohérentes et que le risque d'un important glissement de terrain est fort. Suite à la découverte de l'arase d'un gros mur, des fouilles seront indispensables dans la parcelle située en contrebas.

- Aula : en terminer la fouille, que nous pensons inachevée, et en restaurer les vestiges.

Ceci pour l'essentiel, car il n'est pas question ici d'entrer dans tous les détails.

2- pour les propositions de valorisation et d'animation

- Un changement radical est annoncé : depuis l'origine (les années 1850, avec Louis Blanchetière) et jusqu'aux actions de l'ARCD, la valorisation du château consistait à dégager et à stabiliser les vestiges, et les présenter dans le cadre d'un agréable jardin public ouvert à tous. C'était une vision patrimoniale, humaniste et désintéressée.
Désormais, il s'agit de développer une activité basée sur le tourisme qui contribuerait à faire vivre la ville, ce qui implique donc une exploitation économique du site. Il est prévu que celui-ci sera fermé, son accès payant, tant pour les visites que pour les activités qui seront proposées à l'intérieur. D'autres animations sont envisagées pour la ville, surtout dans le centre ancien, que nous ne détaillons pas ici, d'autant que rien n'est formellement arreté. La signalisation doit être revue, le stationnement aménagé. Comme pour le château, ce sera le plus souvent payant, ne serait-ce que pour financer au moins en partie les dépenses de fonctionnement qui seront générées par ces nouvelles activités.

Précisons qu'il n'y a encore rien de concret à ce jour (20 décembre 2018). Cependant les grands axes se précisent. La Ville de Domfront a effectué un appel d'offre et a recruté un cabinet d'études (in-Extenso) qui a animé plusieurs réunions à Domfront, réalisé des études et dégagé les orientations exposées ci-dessus.

Nouvelles du château :

    - Chapelle Saint-Symphorien : pas grand-chose de nouveau depuis la fin des travaux en 2017, en l'attente des grands aménagements à venir. Dans le cadre de ceux-ci,il est prévu une couverture de la chapelle en matériaux et design contemporains pour en faire un espace capable d'accueillir des manifestations ou des expositions. Nous n'y sommes pas favorables, et nous verrions plutôt la couverture de l'Aula si ce genre de construction devait se faire, quand bien même la surface en serait légèrement inférieure.

    Le claveau du portail ouest disparu n'est toujours pas réapparu.

    - Mur nord-ouest : voir ci-dessus pour l'état catastrophique de l'enceinte au nord-ouest du château. L'ARCD a depuis longtemps alerté la Ville sur le risque d'un grave glissement de terrain dans ce secteur ; celle-ci avait autorisé l'ARCD a explorer la parcelle inférieure, afin de voir si à faible profondeur les arases pourraient être retrouvées et servir de fondation au remontage du mur.

    Bien que nous ayons, pendant l'hiver 2016-2017, seulement travaillé dans la couche de terre végétale superficielle, ces travaux ont été assimilés à des fouilles illégales et non-autorisées par le directeur régional du SRA, qui a assigné l'association en justice. L'ARCD a été condamnée à une amende avec sursis.
    Ayant trouvé le sommet de l'arase d'un important mur transversal de 2 m d'épaisseur, nous avions de toute façon conclu à la nécessité d'une fouille "officielle" dans cette parcelle.

    - Angle  nord-est : l'ARCD a effectué plusieurs journées de lutte contre la végétation envahissante. Travail épuisant, toujours à recommencer notamment à cause des espèces invasives, comme la renouée du Japon. La solution temporaire a été d'y installer les chèvres du château. La solution définitive sera l'aménagement de cet espace, à réaliser dans le cadre du projet global.


Images aériennes


Conformément à la décision prise lors de l'AG 2016, une campagne de photographies aériennes par drone du château et des églises Notre-Dame sur l'Eau et Saint-Julien a été réalisée au mois d'août 2017. C'est la société Arpanum qui a réalisé cet ensemble de vues spectaculaires. On peut également consulter en ligne le panoramique à 360° centré sur l'église Saint-Julien.

http://arpanum.com/vv/domfront.html

(Si celui-ci fonctionne encore ...)

Bonne visite aérienne !


DOMFRONTAIS MÉDIÉVAL : PARUTION DU N°24, PRÉPARATION DU N° 25

Le Domfrontais médiéval 24 est paru en février 2018. Au sommaire de celui-ci, l'étude de J-Ph. CORMIER sur les verdiers et sergents des forêts du Domfrontais vers 1300, illustrée par quelques documents et quelques sceaux provenant des Archives départementales du Pas-de-Calais.

Cécile CORMIER y fait le point sur la courtine à gaine, sa construction, sa destruction, sa redécouverte au XIXe siècle et les travaux qui y ont été menés depuis. De nombreux points restent obscurs. L'article est illustré de vues anciennes parfois inédites et des premiers plans de ce spectaculaire ouvrage défensif, établis au XIXe siècle.

La contribution de Ch. MANEUVRIER, maître de conférences à l'Université de Caen à propos du problème toujours non résolu de l'origine des armoiries de la Normandie (nonobstant l'article de M. PASTOUREAU dans le Domfrontais médiéval 5) ne nous est pas parvenue. J-Ph. CORMIER l'a remplacée par une présentation des plus anciennes photographies de Domfront connues à ce jour, notamment une vue du château prise avant la réalisation du square, donc avant 1865/66. L'article est également illustré par des photographies anciennes rares, voire inédites, et des plans anciens.

Une projection d'images anciennes et des photographies aériennes susdites a été organisée à la mairie de Domfront à l'occasion de la présentation publique de ce nouveau numéro, le 14 février 2018.

Le Domfrontais médiéval 25 est prévu pour 2019, si possible dès le printemps, au plus tard à l'automne. Contenu : étude d'un chapiteau de l'abbaye de Lonlay jusqu'ici mal interprêté (Anne-Laure et Alain CHAUSSERIE). Le point sur le fief et le moulin de Gonherais (sur la Varenne, à Céaucé), par Mickaël CHARTUS. Nouvelles études à partir des documents "domfrontais" de Robert II d'Artois, par J-Ph. CORMIER, dont plusieurs viennent seulement de parvenir à notre connaissance. Si la place est suffisante, certains pourront faire l'objet d'une édition totale ou partielle.


Nouvelles de l'association :

  • ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2018 : L'AG 2018 a eu lieu le samedi 1er décembre à la mairie de Domfront, en présence de C. MEUNIER, conseillère départementale et régionale, et de M. B. SOUL, maire de Domfront. Le président J-Ph CORMIER est revenu sur les activités de l'année, puis a abordé les perspectives au château (cf. supra), ainsi que les recherches documentaires et historiques en cours. La création d'un club photo associé à l'ARCD, Passion-photo, a été présentée. Une sélection de photographies réalisées par les membres de Passion-photo ont été projetées, ainsi que des images des documents médiévaux récemment retrouvés.
  • Pour le site, il est toujours prévu d'ajouter deux galeries photos (le site du château et les travaux en cours ou récents d'une part, un résumé des chantiers de bénévoles qui ont été organisés entre 1985 et 2003 d'autre part). M. POUSSIER a numérisé les diapositives. Il ne reste plus qu'à créer les nouvelles pages, à établir les liens et à mettre tout cela en ligne. Ce travail a pris du retard, mais est prêt à être effectué.
  • L'AG 2016 avait décidé de ne pas donner suite au projet d'impression de couvertures pour les photocopies des n° épuisés du Domfrontais médiéval que nous pouvons fournir sur demandes spécifiques. Ce sera réalisé au cas par cas avec des moyens locaux.
  • C. LESOURD, trésorier a fait état du bilan financier 2017, et de l'exercice comptable 2018, désormais très avancé. La situation financière reste saine, malgré les frais d'impression de la revue (en 2018). La journée de présentation des travaux sur Saint-Symphorien enfin achevés, le 20 mai 2017, a été logiquement déficitaire ; cependant l'exercice comptable a été à peine négatif en 2017. On peut envisager sereinement le financement des activités à venir.
  • MM. CORMIER, LESOURD et MALGREY sont reconduits au CA.
  • L'ARCD a enregistré l'adhésion de M. E. BOULIN en 2018.

  Rappelons ici qu’il est toujours possible de soutenir l’A.R.C.D. et son action en adhérant : cotisation annuelle : 10 € (ou plus !!!).
(coordonnées à la page "contacts")

Autres actualités sur le patrimoine domfrontais :

  • NOTRE-DAME-SUR-L'EAU : Pas d'évolution, ou si peu ... Nous sommes contraints de reprendre en grande partie le texte de notre compte-rendu de l'an passé. Les travaux annoncés depuis longtemps et financés par un leg dédié (depuis 2011 !) et des subventions ne sont toujours pas commencés. Mr Declomesnil, l'architecte qui avait déjà été chargé des travaux sur Saint-Symphorien, a remis ses propositions ; celles-ci auraient été retoquées, au moins en partie, par la CRMH.... Une partie des travaux, notamment la couverture, devrait cependant être réalisée à court terme. Sont notamment prévues la remise en lumière de l'édifice, diverses réparations (gisant, vitrail, toiture), une amélioration de l'éclairage intérieur et l'implantation d'un nouvel éclairage extérieur, plus une mise en valeur des pierres tombales, avec nettoyage de celles-ci. La disposition finalement retenue n'est pas encore déterminée.
    La prochaine campagne de travaux permettra peut-être d'accéder aux cloches de façon plus "confortable" pour finir d'y lire les inscriptions.

  • RAPPEL : les PEINTURES MURALES du XIIIe siècle, restaurées, revenues à Domfront en 1989 à l'initiative de l'ARCD, installées à l'église en 2003 n'ont pu y rester : les produits employés lors de la restauration des années 50 ne supportaient pas l'humidité, et les peintures étaient attaquées par des moisissures très agressives. Elles ne pourront donc plus jamais être réinstallées dans l'édifice, Il convient donc de réfléchir à un lieu de conservation et si possible d'exposition (Office du Tourisme, Bibliothèque, Mairie ? ou, mieux, futur "Espace historique du Domfrontais" ?). Les panneaux sont actuellement entreposés dans les entresols de l'Hôtel de Ville. Rappelons que l'ARCD a fait faire et a posé des reproductions à l'échelle 1/1 dans l'absidiole nord en 2010.

  • J-Ph CORMIER a contribué à la réécriture du texte de la plaquette éditée par la paroisse pour une nouvelle édition qui est parue au printemps 2012.

  • SAINT-JULIEN a fait l'objet d'important travaux de stabilisation. L'édifice est enfin ouvert à nouveau au public depuis le début du mois de septembre 2013. Nous signalons  l'existence de l'Association des Amis de Saint-Julien, présidée par Monsieur LAURENSOU, et de son site internet. La deuxième tranche de travaux prévue devrait prochainement se concrétiser. Les appels d'offre ont également été lancés.

  • La Ville a réalisé la rénovation du "Grand Carrefour" et de la rue des Fossés-Plissons. Les tours de l'enceinte devraient être éclairées. Pour le moment, seule la tour Coroller l'est.

Divers :

RAPPEL : Chemise "Domfront, patrimoine en fiches".
Une ultime fiche résumant la riche histoire de Domfront a été réalisée pendant l'hiver 2014. La chemise pédagogique comprend donc 9 fiches illustrées en couleur, dont 4 doubles : pour le château DONJON, CHAPELLE SAINT-SYMPHORIEN, ENCEINTE ORIENTALE, pour les édifices religieux NOTRE-DAME sur l'EAU, architecture et décor extérieur [double] et intérieur, SAINT-JULIEN, histoire et architecture [double] et décor intérieur, plus VIEILLE VILLE et HISTOIRE [doubles], soit 26 pages auxquelles s'ajoutent des fiches de travaux pour élèves de classes primaires et de collège. Tous les principaux éléments du patrimoine architectural de Domfront ont donc été abordés.
Ces fiches devraient normalement avoir été diffusées dans les établissements scolaires (collèges et écoles primaires de l'Académie de Caen [Calvados, Manche et Orne] et du département de la Mayenne). Il semble hélas que cela n'a pas toujours été correctement fait (voire pas diffusé du tout) pour tous les établissements scolaires, en tout cas dans l'Orne...
La chemise pédagogique "Domfront, Patrimoine en fiches", réalisée par C et J-Ph CORMIER, est disponible sur simple demande auprès du lycée de Domfront ou de l'Office de Tourisme du Bocage Domfrontais. Elle peut être consultée également à la Médiathèque intercommunale de Domfront. Rappelons que ces fiches sont également visualisables en ligne sur le site du lycée de Domfront - et même imprimables à partir de celui-ci (lien sur Patrimoine en fiches dès la page d'accueil, sur le côté droit), Leur distribution est en principe réservée aux établissements scolaires, sauf rares exceptions. L'A.R.C.D. ne les diffuse donc pas. A titre exceptionnel, le président dispose de quelques exemplaires, et la Médiathèque intercommunale en possède également un certain nombre en réserve.
 
  •  PUBLICATIONS et COLLOQUES :

    -Anciens : Les Actes du 43e congrès de la F.S.H.A.N. qui s'est déroulé à Sées au mois d'octobre 2008, sur le thème "Des bois dont on fait la Normandie" ont été publiés en octobre 2009 ; on y trouvera la communication de J-Ph CORMIER (Forêts et exploitation forestière dans les Domfrontais aux XIIIe-XIVe siècles), ainsi que d'autres communications dont certaines ont pour objet la forêt d'Andaine à différentes époques de l'histoire. Les commandes de cet ouvrage sont à adresser aux Archives départementales de la Manche, BP 540, 50010 SAINT-LO Cedex (20 €). Un prolongement à cette étude sera fait dans le Domfrontaismédiéval 24 (cf. supra).

    - De même, J-Ph CORMIER a participé au colloque "La vie quotidienne en Normandie, XIIe-XVe siècles", organisé par la Société d'Histoire de la Manche et les Archives de la Manche (Saint-Lô, novembre 2008) et y a présenté les monnaies médiévales trouvées au château de Domfront (lors des travaux anciens, puis par l'A.R.C.D., et enfin à l'occasion des fouilles archéologiques des années 1990). Cette communication sera finalement éditée dans un prochain Domfrontais médiéval (26 ?), la Société d'Histoire de la Manche ne pouvant publier les Actes de ce colloque faute de subventions.

    - J-Ph CORMIER a présenté une autre communication lors du 45e congrès de la F.S.H.A.N. consacré aux liens entre la Normandie et l'Angleterre, qui s'est tenu à Saint-Sauveur-le-Vicomte en octobre 2010 (Aspects de la présence anglaise dans le Domfrontais pendant la guerre de Cent-ans). Cette communication a été publiée en octobre 2011 dans les Actes de ce congrès. Lors de ce dernier, deux œuvres "domfrontaises" de J-S.COTMAN ont été présentées : la version aquarellée du Tertre Grisière, view from the town par Mr Timothy Wilcox, qui est conservé dans une collection privée en Angleterre et dont l'existence était connue ; un sépia de la Tour de Bonvouloir, par Mme Elisabeth Lewis, conservé à Cherbourg, dont l'existence était supposée. D'autres versions d'œuvres "domfrontaises" ont également été retrouvées. Nous avons publié ainsi quatre ou cinq  nouveaux tableaux (ou nouvelles versions) dans le Domfrontais médiéval 22 et avons ainsi un corpus (presque) complet des œuvres "domfrontaises" de Cotman (à moins qu'il existe encore d'autres peintures de Lonlay et des tours des remparts de Domfront). Une exposition Cotman in Normandy organisée par Mr Wilcox s'est tenue à Londres entre le 5 octobre 2012 et le 13 janvier 2013 (DULWICH PICTURE GALLERY). Un catalogue (en couleurs) a été édité : on y trouve, face à face, comme à l'exposition, les deux aquarelles "en miroir" : Domfront seen from the Tertre Grisière  et The Tertre Grisière, view from the town. T. Wilcox prépare en outre un gros ouvrage sur Cotman et son œuvre, dont la parution, prévue en 2014, n'a toujours pas eu lieu. Nous vous informerons de sa sortie, si elle survient.

    - J-Ph CORMIER a également participé au 46e congrès de la F.S.H.A.N. sur le thème  "Commémorer en Normandie", qui s'est tenu à Condé-sur-Noireau en octobre 2011, pour revenir sur les manifestations liées au tricentenaire du lycée de Domfront, en 1989, ainsi qu'au 49e congrès de la FSHAN à Rouen en octobre 2014 (thème : Les Normands et la Guerre ; communication consacrée à la population du Domfrontais face aux évènements de la guerre de Cent-ans). Ses communications sont parues dans les Actes de ces congrès, en octobre 2012 et octobre 2015 (les Actes des congrès de la F.S.H.A.N. sont édités l'année suivante).

    - J-Ph CORMIER toujours a participé en septembre 2014 au colloque organisé à Saint-Lô aux Archives de la Manche par la Société d'histoire de la Manche à l'occasion des Jeux équestres mondiaux sur le thème Le cheval en Normandie pour rappeler l'existence du haras de Domfront de Robert II d'Artois puis de Philippe VI aux XIIIe-XIVe s, les articles du Domfrontais médiéval 11 et13 ayant été fâcheusement omis dans la bibliographie des orientations de recherche … et dernièrement au 50e congrès de la FSHAN en octobre à Saint-Lô, dont le thème était "éduquer, enseigner, instruire en Normandie" : occasion de revenir sur l'histoire du collège de Domfront et de ses origines, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces interventions ont été également publiées dans les Actes de ce colloque et de ce congrès, parus en octobre 2016, publications présentées lors de l'AG 2016.

    - Pas médiéval du tout, mais nous signalons et recommandons l'étude de Lionel LETENDRE, professeur de philosophie au lycée de Domfront, consacrée aux évènements de la Libération (juin-août 1944) à Domfront et notamment aux bombardements de juin (celui du 14 ... et les autres) et à la libération du 14 août par l'armée américaine : très intéressante, très documentée, très complète et très bien illustrée avec des photos d'époque, visible sur le site du lycée.


    AUTRES ASSOCIATIONS : Il ne se passe plus grand-chose pour la restauration du Manoir de la Saucerie, lequel aurait été mis en vente en 2015 (?), avant que cette mise en vente ne soit retirée.
    Les nouvelles de l'association des
    Amis de l'église d'Etrigé ne sont pas bonnes ; ses activités sont en sommeil, et la municipalité de Sept-Forges ne veut pas intervenir pour sauvegarder l'édifice. De nouvelles et intéressantes peintures murales médiévales ont été découvertes lors de travaux tenus entre 2006 et 2010 environ. Un article sur ces peintures et sur l'histoire d'Etrigé est prévu pour le Domfrontais médiéval 26. Mme LAURENSOU a pu établir un contact avec M. F. POUGHEOL, architecte et membre de cette association : qui nous a fait parvenir quelques images des peintures murales découvertes lors des dernières campagnes de travaux. Actuellement, elles sont cachées par une protection.
    L'association
    des Amis de la Chaslerie dispose désormais d'un site en ligne.


    OUVRAGES : Rappelons que l’ouvrage de G. LASSEUR, Histoire de la Ville de Domfront, a été réédité par les éditions Le livre d'histoire. Il est peut-être encore disponible (Tome I : 54 €, Tome II : 90 €). Il n'y a plus de librairie à Domfront, mais un point de presse vendant des ouvrages régionaux est ouvert place Saint-Julien ( La Civette du panorama, qui accepte le dépôt des publications de l'ARCD).  Le livre de LIARD a également été réédité dans la même collection, ainsi que L'Histoire féodale de Saint-Bômer de A. SURVILLE.

    - Traitant d'une époque beaucoup plus récente, Daniel YVETOT a publié aux éditions OREP les deux premiers tomes de sa chronique de Domfront au XXe siècle (Du côté de chez Beauclerc, I Oh mon pays [1900-1920], II Le livre de Mademoiselle Pauline [1920-1939], à suivre). Le même a publié chez le même éditeur un recueil consacré aux rapports entre Domfront et ... le Tour de France cycliste.

    - Le même Daniel YVETOT a publié en juillet 2015 un petit ouvrage consacré à l'édition d'une partie des carnets illustrés de la Grande Guerre de M. Paillette (un certain nombre de dessins figurent dans le Tome I de "Du côté de chez Beauclerc, - I Oh mon pays" et ont été présentés à l'occasion de l'exposition de septembre 2014 Aspects de la grande Guerre qui s'est tenue à l'ex-tribunal dans le cadre de la manifestation culturelle de la CdC du Domfrontais "Septembre en Domfrontais" - cf. supra).

    ARCHIVES : Rappel ; un recueil des titres de la seigneurie de Torchamp est réapparu dans une vente aux enchères de livres à Bayeux dans l'été 2009, et, sur l'indication de J-Ph CORMIER, a été acquis par les Archives de l'Orne : il y a en fait 2 registres sur papier, de 150 folios environ, de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, rassemblant presque les mêmes actes, mais classés différemment (chronologiquement dans l'un, géographiquement dans l'autre). Il s'agit de titres et d'actes de la famille de Villette, seigneurs de Torchamp et de Valaubin. Ces documents restent à exploiter.

    - Ces mêmes Archives de l'Orne ont acquis en juillet 2014 un document qui pourrait s'avérer très intéressant pour le Domfrontais : une copie XVIIe s du dénombrement du fief Aveline Le Maignan. Or ce fief existait déjà au moyen-âge. C et J-Ph CORMIER ont été consulter cette pièce aux Archives de l'Orne. L'étude en est à effectuer. Selon son intérêt, elle pourrait faire l'objet d'un article dans un prochain numéro du Domfrontais médiéval.

    - RAPPEL : Mr J-P. DUCATEZ, de Paris, photographe, avait pris contact voici déjà quelques temps avec l'A.R.C.D. et a aimablement communiqué à son président un ensemble de très anciennes photographies de Domfront, que l'on peut dater de la période 1865-1880, voire peut-être plus anciennes encore pour certaines d'entre elles. Ces photographies ont été acquises par les Archives départementales de l'Orne en juin 2011. Il s'agit là sans doute des plus anciennes photographies dont nous disposerons jamais (mais on peut encore avoir des surprises, voir ci-dessous). Dans le même domaine, Mr J-Y. LAILLIER, des Archives du Calvados, nous a fait part de l'existence de deux photos de Notre-Dame-sur-l'Eau datant de 1865.

 

 

PAGE MISE A JOUR LE 20 décembre 2018